Partager

16 février 2022

Très bonne performance en 2021, Révision à la hausse des objectifs 2025, Renforcement des engagements sociétaux

#Finance

#RSE

Fichier PDF / 0.382 Mo
  • Chiffre d’affaires 2021 de 2,3 milliards d’euros, en augmentation de +10 % par rapport à 2019[1], sur la base de mises en progression de +11%[1] , à 19 milliards d’euros
    • Mises en croissance dans le réseau (+5 % par rapport à 2019) et forte dynamique digitale (+42 % par rapport à 2020)
  • EBITDA de 522 millions d’euros, soit une marge de 23,1 %, en hausse par rapport aux 22,2 % de 2020, et résultat net de 294 millions d’euros
    • Dividende de 1,24 euro par action, soit 80 % du résultat net consolidé, proposé à l’assemblée générale du 26 avril 2022
  • Renforcement des engagements sociétaux et importante contribution économique et sociale
    • 10 % du budget publicitaire télévisuel dédiés au jeu responsable
    • Dotation de 25 millions d’euros à la Fondation d’entreprise FDJ pour ses actions de mécénat sur la période 2023-2027, une hausse de +28 % par rapport à 2018-2022
    • Déploiement du fonds Rebond de soutien aux commerces de proximité, abondé de 15 millions d’euros par FDJ
    • Contribution du Groupe de 6,2 milliards d’euros au PIB 2021 ; 54 800 emplois pérennisés ou créés en France[2]
  • Objectifs 2022 : chiffre d’affaires en progression de près de +5 % et taux de marge d’EBITDA supérieur à 23,5 %
  • Révision à la hausse des objectifs 2025 fixés lors de l’introduction en Bourse[3]
    • Croissance annuelle moyenne 2021-2025 du chiffre d’affaires comprise entre +4 % et +5 %
    • Doublement de la part des mises digitales par rapport à 2020, à plus de 20 % des mises totales
    • Taux de marge d’EBITDA supérieur à 25 %
    • Taux de distribution du résultat net compris entre 80 % et 90 % dès 2022

 

Boulogne, le 16 février 2022 (7h00) - La Française des Jeux (FDJ), premier opérateur de jeux d’argent et de hasard en France, annonce ses résultats 2021, ses perspectives pour l’exercice 2022 et ses ambitions pour 2025.

 

Stéphane Pallez, Présidente directrice générale du groupe FDJ, a déclaré : « L’année 2021 marque le retour de FDJ sur sa trajectoire de croissance d’avant-crise pour l’ensemble de ses activités.Les résultats 2021 du Groupe sont nettement supérieurs à ceux enregistrés en 2019, grâce à l’accélération du digital et à la croissance dans le réseau de points de vente. Ces performances témoignent de la pertinence de notre stratégie et nous conduisent à revoir à la hausse les objectifs 2025 communiqués lors de l’introduction en Bourse du Groupe, tant en termes de croissance que de marge d’EBITDA. Nous poursuivons parallèlement nos engagements sociétaux, déjà fortement renforcés depuis le début de la crise sanitaire. FDJ continuera d’allier performances financières et engagements extra-financiers au bénéfice de l’ensemble de ses parties prenantes. »

Chiffres clés (en millions d’euros)

 

2021

2020

Var.

2019 retraité

Var.

Mises

18 976

15 959

+18,9 %

17 131

+10,8 %

Chiffre d’affaires*

2 256

1 920

+17,5 %

2 048

+10,1 %

Résultat opérationnel courant

393

325

+21,1 %

326

+20,6 %

Résultat net

294

214

+37,6 %

202

+45,7 %

Dividende par action (€)

1,24

0,90

+37,8 %

0,45

x2,8

 

 

427

 

422

 

EBITDA**

522

427

+22,3 %

422

+23,6 %

Marge EBITDA / chiffre d’affaires

23,1 %

22,2 %

-

20,6 %

-

 

* Chiffre d’affaires : produit net des jeux et produit des autres activités

** EBITDA : résultat opérationnel courant retraité des dotations aux amortissements

 

Compte tenu de la grande hétérogénéité de l’incidence sur l’activité de FDJ de la crise sanitaire et des mesures pour lutter contre la Covid-19 en 2020 et 2021, les variations relatives à l’activité (mises et chiffre d’affaires) seront principalement commentées par rapport à 2019, sauf mention contraire ; et celles relatives aux charges et aux résultats par rapport à 2020. Les données 2019 sont retraitées, nettes d’impôts, du nouveau cadre fiscal et réglementaire effectif depuis début 2020, de l’impact des cycles longs[4] exceptionnels de la loterie, des charges liées à la privatisation du Groupe, et intègrent Sporting Group en année pleine.

 

Faits marquants 2021

  • Environnement normalisé avec :
    • La totalité du réseau de plus de 30 000 points de vente FDJ ouverts à partir de début juin ;
    • Un calendrier habituel, tant pour les compétitions sportives que pour les événements marketing et promotionnels de la loterie.
  • Progression de l’activité sur toutes les gammes avec :
    • La forte croissance de Loto et Euromillions, portée notamment par des cagnottes historiques et de nombreux cycles longs ;
    • Le succès des nouveaux jeux instantanés en point de vente, tels « La grosse roue » ou « A prendre ou à laisser », le 3e jeu phygital ;
    • La progression des mises de Parions Sport Point de Vente grâce à la poursuite de l’enrichissement de l’offre, et de la dématérialisation qui représente désormais près de 85 % des mises. Parions Sport En Ligne continue d’enregistrer une forte croissance, reflet de l’attractivité de son offre, dans un marché très dynamique.
  • Progression de l’activité sur tous les canaux de vente
    • Les mises dans le réseau de points de vente progressent de +5 %. La forte dynamique digitale s’est poursuivie avec une hausse des mises de +42 % versus 2020. Les mises digitales représentent ainsi plus de 11 % des mises totales, une très forte augmentation par rapport aux 6 % de 2019.
    • Sur la seule loterie, les mises digitales progressent de +37 % versus 2020, après +55 % en 2020 par rapport à 2019. Cette performance est toujours essentiellement attribuable à l’augmentation du nombre de joueurs, qui dépasse les 4 millions à la fin de l’exercice. Avec plus de deux ans d’avance par rapport aux attentes pré-crise sanitaire, les mises de la loterie en ligne s’élèvent à près de 1,6 milliard d’euros et représentent près de 11 % du total des mises loterie, un doublement par rapport au niveau de 2019.
  • Accélération des activités de diversification
    • A l’international, le lancement d’une offre B2B en Amérique du Nord a été réalisé avec succès. Il s’agit du déploiement d’un service complet de gestion d’une offre de paris sportifs en point de vente et en ligne dans deux provinces canadiennes, Proline+ en Ontario et PlayAlberta en Alberta ;
    • Le déploiement du service de paiement en point de vente des factures des trésoreries publiques (encaissement des impôts, recouvrement des amendes, factures de services publics…) a été poursuivi. Ce service est maintenant disponible dans plus de 12 000 points de vente, comparé à 9 000 à fin 2020, et a enregistré deux millions de transactions depuis son lancement. Par ailleurs, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), adossée à la Banque de France, a agréé l’activité Paiement et Services de FDJ comme établissement de paiement, lui permettant de développer une activité d’encaissement pour le compte de tiers au-delà de la DGFiP.
  • Engagements RSE évalués et renforcés

En 2021, FDJ a renforcé ses engagements sociétaux et maintenu un très haut niveau de performance extra financière avec :

  • Un engagement renforcé en faveur du jeu responsable et de la lutte contre le jeu des mineurs et le jeu excessif avec :
  • 10 % de l’ensemble des achats publicitaires du Groupe y seront consacrés dès 2022, comparé à 10 % des achats publicitaires télévisuels auparavant ;
  • Un plan d’actions renforcé lors de l’UEFA Euro 2020 avec des campagnes TV de prévention du jeu des mineurs et une vidéo digitale de sensibilisation au jeu excessif ;
    • Une dotation de 25 millions d’euros à la Fondation d’entreprise FDJ pour son programme 2023-2027, soit une hausse de +28 % par rapport à la dotation précédente (2018-2022) ;
    • Le déploiement du fonds Rebond, un fonds de soutien au commerce de proximité dans les territoires fragiles, auquel FDJ contribue pour près de 15 millions d’euros ;
    • Depuis le début de la crise, des dons exceptionnels de plus de 5 millions d’euros à différentes associations de soutien aux personnes fragilisées, dont 2 millions d’euros en 2021 pour soutenir 15 000 jeunes en difficulté ;
    • Le maintien de la notation Moody’s ESG A1+ et l’obtention d’une notation 100/100 à l’index « Pénicaud » sur l’égalité femmes-hommes.

Activité et résultats 2021

En 2021, l’environnement du Groupe s’est normalisé avec la totalité du réseau de 30 000 points de vente FDJ ouverts à partir de début juin et un calendrier d’évènements habituel, tant pour les compétitions sportives que pour les opérations marketing et promotionnelles de la loterie. La bonne dynamique d’activité enregistrée au 1er semestre a été largement confirmée sur la seconde partie de l’année.

  • Chiffre d’affaires de 2 256 millions d’euros, en augmentation de +10,1 %, sur la base de mises de 18 976 millions d’euros, en progression de +10,8 % par rapport à 2019  

Les mises ont progressé sur tous les canaux de vente :

  • Dans le réseau de points de vente avec une augmentation de +5 % ;
  • En ligne, avec une nouvelle forte hausse des mises de +42 % par rapport à 2020, après +40 % en 2020 par rapport à 2019. Les mises digitales représentent ainsi plus de 11 % des mises totales, une très forte augmentation par rapport aux 6 % de 2019.

La part revenant aux gagnants s’élève à 12 971 millions d’euros (+11,1 %), soit un taux de retour aux joueurs (TRJ) de 68,4 %, comparativement à 68,0 % en 2020 et 68,1 % en 2019. Ainsi, le produit brut des jeux (PBJ = mises - gains des joueurs) se monte à 6 004 millions d’euros (+10,0 %).

Le produit net des jeux (PNJ = PBJ – prélèvements publics sur les jeux) constitue la rémunération du groupe FDJ sur les jeux. Après 3 816 millions d’euros de prélèvements publics (+10,1 %), le PNJ s’établit à 2 202 millions d’euros (+9,6 %).

Après la prise en compte du produit des autres activités, le chiffre d’affaires du Groupe s’établit à 2 256 millions d’euros, en progression de +10,1 % par rapport à 2019 et de +17,5 % par rapport à 2020.

  • Résultat opérationnel courant de 393 millions d’euros et EBITDA de 522 millions d’euros, soit un taux de marge d’EBITDA de 23,1 %, en amélioration par rapport aux 22,2 % de 2020

Les coûts des ventes s’établissent à 1 233 millions d’euros (+14,3 %). Ils sont constitués pour 901 millions d’euros (+16,7 %) des commissions versées aux détaillants, dont l’évolution est corrélée à celle des mises en points de vente.

Les coûts marketing et communication comprennent les coûts de publicité et de conception des offres, ainsi que les coûts de développement et d’exploitation informatiques des jeux et services. Ils s’établissent à 415 millions d’euros (+25,8 %), portés par l’augmentation des coûts de développement de l’offre de jeux dans un contexte de très forte croissance du digital, ainsi que par les campagnes de communication sur les jeux de loterie, les paris sportifs et l’image du Groupe.

Les coûts administratifs et généraux regroupent principalement les frais de personnel et de fonctionnement des fonctions centrales, ainsi que les coûts des bâtiments et les coûts d’infrastructures informatiques. Ils s’établissent à 199 millions d’euros (+15,5 %).

Pour rappel, certaines charges opérationnelles, notamment les dépenses publi-promotionnelles et de fonctionnement, avaient été réduites en 2020 dans le cadre du plan d’économies de plus de 80 millions d’euros mis en place dès le début de crise sanitaire.

Le résultat opérationnel courant (ROC) du Groupe s’établit ainsi à 393 millions d’euros, en hausse de +21,1 %. L’augmentation de +27 millions d’euros des dotations nettes aux amortissements, qui s’établissent à 129 millions d’euros, est principalement induite par le raccourcissement des durées d’amortissement de certains coûts de développement, activés dans un contexte d’innovation technologique permanente, et par le démarrage en janvier 2021 de l’amortissement du contrat de partenariat sur les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

L’EBITDA, résultat opérationnel courant retraité des dotations aux amortissements, s’établit à 522 millions d’euros, en hausse de +22,3 %.

  • Résultat net de 294 millions d’euros, en progression de +37,7 %

Les éléments non courants sont en baisse à -1,5 million d’euros contre -32,0 millions d’euros en 2020, et comprennent principalement :

  • Une reprise de provision non utilisée à la suite de l’arrêt définitif de la Cour de cassation en faveur de FDJ dans la procédure engagée par des courtiers-mandataires ;
  • Des dépréciations d’actifs liées à Sporting Group.

En 2020, ils comprenaient principalement des dépréciations d’actifs et des coûts de restructuration liés à l’arrêt de l’activité trading en propre de Sporting Group.

Le résultat opérationnel s’établit à 392 millions d’euros (+33,8 %).

La progression du résultat financier (21 millions d’euros contre 5 millions d’euros en 2020) s’explique principalement par l’évolution favorable des marchés financiers et la performance des fonds d’innovation dans lesquels FDJ a investi pour soutenir le développement de start-ups travaillant sur des sujets d’intérêt et des activités proches du cœur de métier de FDJ.

La charge d’impôt ressort à 122 millions d’euros, soit un taux d’impôt effectif à 29,7 %.

Le résultat net consolidé s’élève ainsi à 294 millions d’euros.

  • Par activité

L’organisation du Groupe s’articule autour de trois segments opérationnels : deux « Business Units » (BU), la Loterie et les Paris Sportifs, et les activités de diversification qui regroupent trois activités en développement (International, Paiement et Services, et Divertissement), avec des fonctions support transverses (notamment client, distribution et systèmes d’information), et la holding qui regroupe principalement les coûts centraux.

La marge contributive constitue un des principaux indicateurs de performance de ces segments. Elle se calcule par différence entre le chiffre d'affaires des segments et les coûts des ventes (dont la rémunération des détaillants), et les coûts de marketing et de communication (hors amortissements) qui leur sont attribués.

Loterie

La loterie enregistre une bonne performance avec un chiffre d’affaires de 1 728 millions d’euros en hausse de +8,8 % par rapport à 2019, et de +15,6 % par rapport à 2020. La progression de +8,7 % des mises, à 14 726 millions d’euros, est attribuable tant aux jeux instantanés qu’aux jeux de tirage :  

  • Les jeux instantanés enregistrent des mises de 8 982 millions d’euros en hausse de +9,5 %. Cette dynamique s’explique notamment par le succès de l’animation de l’offre de jeux, tel que le succès du lancement en point de vente de « La grosse roue », un jeu à 3 euros, ou de « A prendre à laisser », un jeu à 5 euros et le troisième jeu phygital lancé depuis 2019 ;
  • Les jeux de tirage enregistrent des mises de 5 744 millions d’euros en hausse de +7,5 %. Cette croissance est fortement induite par celles de Loto et Euromillions, qui ont connu au cours de l’année 2021 des cagnottes historiques et de nombreux cycles longs ;
  • La forte croissance des mises digitales loterie (+37 % par rapport à 2020 après +55 % en 2020 par rapport à 2019) qui atteignent près de 1,6 milliard d’euros, soit plus de 10 % des mises loterie. Cette performance est essentiellement attribuable à l’augmentation du bassin de joueurs, qui dépasse les quatre millions à la fin de l’exercice. 

La marge contributive de la loterie ressort à 621 millions d’euros, soit un taux de marge contributive de 35,9 % en hausse par rapport aux 33,6 % de 2020.

  • Les coûts des ventes s’établissent à 949 millions d’euros (+12 %) et correspondent principalement à la rémunération des détaillants, dont l’évolution suit celle des mises réseau sur l’exercice.
  • Les coûts marketing et communication de 159 millions d’euros sont en progression de +9,7 %, le Groupe maintenant un niveau élevé de développement de son offre de jeux, notamment digitale.

Paris sportifs

Pour les paris sportifs, l’exercice a bénéficié du retour à un calendrier « normal » d’événements, par rapport à une activité fortement affectée par la crise sanitaire au 1er semestre 2020, et de la tenue de l’UEFA Euro 2020 de football du 11 juin au 11 juillet 2021.

Le chiffre d’affaires s’inscrit à 464 millions d’euros, en progression de +14,1 % et de +24,7 % par rapport à 2020, sur la base de mises en progression de +19,2 % à 4 216 millions d’euros. Le taux de retour aux joueurs ressort à 77,1 %, en augmentation par rapport aux 75,9 % de 2020.

La marge contributive des paris sportifs est de 121 millions d’euros, soit un taux de marge contributive de 26,1 %, reflet de la hausse du TRJ combinée à une augmentation des charges opérationnelles qui avaient été réduites en 2020 dans le cadre du plan d’économies.

  • Les coûts des ventes s’établissent à 234 millions d’euros. Ils correspondent principalement à la rémunération des détaillants dont l’évolution suit celle des mises réseau sur la période. 
  • Les coûts marketing et communication de 109 millions d’euros reflètent le développement de l’offre, ainsi que les dépenses de marketing et de communication, liées aux évènements sportifs de l’année notamment l’UEFA Euro 2020, accompagnées par des campagnes en faveur du jeu responsable.  

Activités de diversification

Les activités de diversification (International, Paiement & Services et Divertissement) enregistrent un chiffre d’affaires de 63 millions d’euros. L’augmentation de 11 millions d’euros par rapport à 2020 est attribuable tant à l’activité International qu’au développement de l’activité de paiements en point de vente lancée en 2020. La marge contributive de ces activités ressort à -2 millions d’euros, en légère amélioration, +1 million d’euros, par rapport à celle de 2020.

Solide structure financière et trésorerie disponible proche de 1 milliard d’euros

Les investissements du Groupe ont atteint 76 millions d’euros, un niveau très proche des 80 millions d’euros investis en 2020, hors sécurisation des droits exclusifs d’exploitation. Ils portent principalement sur le développement des systèmes d’information et de back-office, ainsi que sur les terminaux de prises de jeux en point de vente. 

La variation normalisée d’excédent de fonds de roulement lié à l’activité (retraité d’impacts calendaires et des lots non réclamés) ressort à 49 millions d’euros. Ainsi, sur la base d’un EBITDA de 522 millions d’euros, le cash-flow libre[5] ressort à 495 millions d’euros, en progression par rapport aux 386 millions d’euros de 2020, avec un taux de conversion de l’EBITDA en cash qui ressort à 95 %.

A fin décembre 2021 :

  • Les capitaux propres du Groupe ressortent à 829 millions d’euros sur un total de bilan de 3 188 millions d’euros ;
  • L’excédent net de trésorerie, l’un des indicateurs représentatifs du niveau de trésorerie nette du Groupe, s’établit à 916 millions d’euros, en augmentation par rapport aux 577 millions d’euros à fin 2020, et FDJ dispose d’une trésorerie disponible[6]proche de 1 milliard d’euros.

Importante contribution économique et sociale du Groupe

Pour la sixième année consécutive, le Bureau d’information et de prévision économique (BDO-Bipe) a évalué la contribution économique et sociale du groupe FDJ en France.

En 2021, la contribution de FDJ à la richesse nationale ressort à 6,2 milliards d’euros, soit 0,25 % du Produit intérieur brut (PIB).

En termes d’emplois, le groupe FDJ a permis par son activité de créer ou pérenniser 54 800 emplois en France.

La contribution de FDJ est notable pour :

  • L’Etat, avec plus de 4,1 milliards d’euros de contribution globale au budget de l’Etat, dont 3,8 milliards d’euros de prélèvements publics sur les jeux, 227 millions d’euros de solde des fonds joueurs clôturés par la loi Pacte et de lots non réclamés 2020, et 35,2 millions d’euros de dividendes ;
  • Le commerce de proximité, avec 901 millions d’euros de rémunérations versés à ses détaillants. FDJ a ainsi permis la création ou la pérennisation de 21 100 emplois dans ce réseau en 2021. FDJ dispose de plus de 30 000 points de vente dans plus de 11 000 communes, soit le premier réseau de proximité en France ;
  • Le sport français, tant professionnel qu’amateur, via l’action de l’Agence nationale du sport (ANS) et les partenariats sportifs noués par FDJ ;
  • Le patrimoine français en péril. Grâce aux jeux de loterie Mission Patrimoine, près de 28 millions d’euros ont été versés par l’Etat à la Fondation du Patrimoine au titre de l’édition 2021 ;
  • L’action sociale et la contribution mémorielle de ses actionnaires fondateurs du monde combattants : l’Union des blessés de la face et de la tête (UBFT) et La Fédération nationale André Maginot ;
  • La Fondation d’entrepriseFDJ qui s’engage pour favoriser l’égalité des chances en soutenant une centaine de projets par an sur tout le territoire, avec un budget de 19,5 millions d’euros sur cinq ans (2018-2022).

Objectifs 2022

En 2022, sur la base d’un environnement stable, le Groupe vise :

  • Une progression du chiffre d’affaires de près de +5 %. Les mises digitales sont attendues en augmentation de plus de +20 % ;
  • Un taux de marge d’EBITDA supérieur à 23,5 %. Conformément à la stratégie du Groupe, les investissements liés au développement de l’offre de jeux et de services aux joueurs continueront de progresser plus rapidement que l’activité ;
  • Et un taux de conversion de l’EBITDA en cash-flow libre toujours supérieur à 80 %.

Révision à la hausse des objectifs 2025 du Groupe

Les performances 2020-2021 du groupe FDJ, notamment la forte accélération de la croissance de la loterie en ligne, ont conforté la pertinence de sa stratégie et le conduisent à revoir à la hausse ses objectifs 2025 initialement communiqués lors de son introduction en Bourse fin 2019. Ces objectifs visaient notamment :

  • Une croissance annuelle moyenne du chiffre d’affaires entre +3 % et +4 % ;
  • Et un taux de marge d’EBITDA 2025 supérieur à 20 %.

Cette révision est principalement attribuable à l’accélération de la croissance de l’activité digitale, dont les mises devraient représenter plus de 20 % des mises totales du Groupe en 2025, soit un doublement par rapport à leur niveau de 2020.

Dans le même temps, l’activité en point de vente est attendue en progression.

Parallèlement, le Groupe maintiendra un niveau élevé d’investissements pour :

  • Continuer de développer l’offre de jeux et de services ;
  • Assurer le déploiement de sa stratégie d’identification et de connaissance clients ;
  • Poursuivre la modernisation et développer l’attractivité de son réseau, avec notamment la proposition de nouveaux services de paiement, générateurs de fréquentation et de revenus supplémentaires pour les points de vente, et le déploiement d’une nouvelle identité visuelle. Par ailleurs, le Groupe poursuivra la transformation de son organisation commerciale, avec un effet plein attendu en 2026.

Globalement, en 2025, FDJ vise :

  • Une croissance annuelle moyenne 2021-2025 du chiffre d’affaires comprise entre +4 % et +5 %, avec une progression des paris sportifs plus rapide que la loterie et le développement des activités de diversification ;
  • Un taux de marge d’EBITDA, en progression régulière, à plus de 25 % en 2025 ;
  • Des investissements cumulés 2020-2025 maintenus à 600 millions d’euros ;
  • Un taux de conversion de l’EBITDA en cash-flow libre 2022-2025 supérieur à 80 % ;
  • Un taux de distribution du résultat net du groupe FDJ compris entre 80 % et 90 % dès l’exercice 2022 ;
  • Sur la période 2022-2025, le Groupe entend ne pas dépasser un ratio d’endettement financier de 2 (dette financière nette par rapport à l’EBITDA), croissance externe
    y compris.

Dividende

Le conseil d’administration de FDJ, réuni le mardi 15 février, a arrêté les comptes 2021 du Groupe. Il proposera à l’assemblée générale du 26 avril 2022 un dividende de 1,24 euro par action, dont la mise en paiement interviendra le 4 mai 2022.

Les procédures d’audit sur les comptes consolidés ont été effectuées. Le rapport de certification est en cours d’émission.

Une présentation financière est disponible sur le site du groupe FDJ :

https://www.groupefdj.com/fr/actionnaires/presentations-financieres.html

Les comptes consolidés 2021 sont disponibles, en français et en anglais, sur le site du groupe FDJ :

https://www.groupefdj.com/fr/investisseurs/publications-financieres.html

 

Prochaine publication financière

Le groupe FDJ publiera son chiffre d’affaires du 1er trimestre 2022 le jeudi 21 avril après la clôture du marché.

 

Déclarations prospectives

Le présent communiqué de presse contient des indications sur les objectifs du groupe FDJ ainsi que des déclarations prospectives. Ces informations ne sont pas des données historiques et ne doivent pas être interprétées comme des garanties que les faits et données énoncés se produiront. Ces informations sont fondées sur des données, des hypothèses et des estimations considérées comme raisonnables par le Groupe. FDJ intervient dans un environnement concurrentiel et en évolution rapide. Le Groupe n’est donc pas en mesure d’anticiper tous les risques, incertitudes ou autres facteurs susceptibles d’affecter son activité, leur impact potentiel sur son activité ou encore dans quelle mesure la matérialisation d’un risque ou d’une combinaison de risques pourrait avoir des résultats significativement différents de ceux mentionnés dans toute information prospective. Ces informations sont données uniquement à la date du présent communiqué de presse. Le Groupe ne prend aucun engagement de publier des mises à jour de ces informations ni des hypothèses sur lesquelles elles sont basées, à l’exception de toute obligation légale ou réglementaire qui lui serait applicable. FDJ communiquera au marché toute mise à jour des informations présentées susceptible d’avoir une influence significative sur ses activités, ses résultats, sa situation financière ou ses perspectives, conformément à la réglementation applicable, et respectera les obligations d’information permanente applicables à toute société, dont les actions sont admises aux négociations sur le marché réglementé d’Euronext à Paris.

 

[1] Données retraitées du nouveau cadre fiscal et réglementaire, des cycles longs exceptionnels loterie et des charges liées à la privatisation du Groupe, et intégrant Sporting Group en année pleine.

[2] Etude BDO-Bipe avec une méthodologie qui intègre les standards internationaux d’évaluation des impacts économiques utilisés par les grandes instances (Onu, Commission Européenne…). Cette étude évalue les effets directs, indirects, induits et catalytiques pour calculer la contribution de FDJ à la richesse (PIB) et à l’emploi en France.

[3] Document d’Enregistrement n° I. 19-035 approuvé par l’AMF le 17 octobre 2019.

[4] Jackpots non remportés se cumulant – à partir de 8 millions d’euros pour Loto et de 75 millions d’euros pour Euromillions, offrant ainsi des jackpots de plus en plus élevés.

[5] Cash-flow libre = flux de liquidité généré par l'exploitation après investissements liés à l’exploitation.

[6] Trésorerie mobilisable = trésorerie & équivalents de trésorerie nette des fonds Euromillions, et les dépôts mobilisables à moins de trente-deux jours.

 

ANNEXES

Les données 2019 sont retraitées, nettes d’impôts, du nouveau cadre fiscal et réglementaire effectif depuis début 2020, de l’impact des cycles longs exceptionnels loterie, des charges liées à la privatisation du Groupe, et intègrent Sporting Group en année pleine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contacter le service de presse FDJ

Téléphone

Reservé à la presse

01 41 10 33 82

 

E-mail

Demandes non-urgentes : 

servicedepresse@lfdj.com

 

Suivez le groupe FDJ

Suivre FDJ sur Facebook
Suivre FDJ sur Twitter
Suivre FDJ sur Instagram
Accéder à la chaîne YouTube de FDJ
Suivre FDJ sur LinkedIn