En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt.

En savoir + / Paramétrer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt.
Partager

13 février 2020

Résultats annuels 2019 - Excellente performance opérationnelle : 8 % de croissance du chiffre d’affaires, 9 % de croissance de l’EBITDA ; Ajustement à la hausse des perspectives 2020 ; Confirmation des ambitions stratégiques de moyen terme du Groupe

#Finance

Fichier PDF / 0.345 Mo
  • Forte progression des mises et du chiffre d’affaires
    • Mises en hausse de +9 %, à 17,2 milliards d’euros, et de +8 % hors impact des cycles longs exceptionnels Loto et Euromillions
    • Croissance portée par toutes les activités : tirage, jeux instantanés et paris sportifs
    • Mises en point de vente en augmentation de +7 %, à 16,1 milliards d’euros, et mises numérisées[1] en hausse de +39 %, à 3,4 milliards d’euros, représentant près de 20 % des mises totales
    • Chiffre d’affaires de 1 956 millions d’euros, en progression de +8 %
  • EBITDA en hausse de 9 %[2], à 346 millions d’euros
    • Marge d’EBITDA stable à 17,7 %. Mise en œuvre complète de l’accord de 2018 sur la rémunération des détaillants et effet en année pleine du déploiement de la distribution directe
  • Perspectives 2020 ajustées à la hausse
    • Poursuite d’une dynamique positive en 2020, grâce, notamment, à une année riche en évènements (relancement d’Euromillions, lancements de nouveaux jeux instantanés, UEFA Euro 2020)
    • Par rapport à une base comparable 2019 retraitée[3], FDJ vise désormais une hausse des mises supérieure à +5 %, une croissance du chiffre d’affaires de +5 %, et une marge d’EBITDA maintenue à plus de 20 %
    • Confirmation d’une forte génération de cash-flow et de l’objectif de distribution de 80 % du résultat net consolidé
  • Maintien d’une importante contribution économique et sociale du Groupe

 Chiffres clés - En millions d’euros

2019

2018

Var.

 Mises

17 239

15 817

+9,0 %

 Chiffre d’affaires *

1 956

1 803

+8,5 %

 Résultat opérationnel courant

252

251

+0,3 %

 Résultat net

133 **

170

-21,9 %

 Dividendes

122

122

-

 EBITDA ***

 

346

319 ****

+8,6 %

 

* Chiffre d’affaires : produit net des jeux et produit des autres activités

** Après prise en compte d’éléments non-courants, en particulier les frais d’introduction en Bourse

*** EBITDA : résultat opérationnel courant retraité des dotations aux amortissements

****Hors frais d’introduction en Bourse comptabilisés en résultat opérationnel courant en 2018

Pour Stéphane Pallez, Présidente directrice générale du groupe FDJ : « 2019 restera historique pour La Française des Jeux avec le grand succès de son introduction en Bourse, aussi bien auprès de nombreux investisseurs institutionnels, que des actionnaires particuliers et des salariés du Groupe. L’année 2019 a également été marquée par une très forte croissance de l’ensemble de nos activités, sur tous les canaux de vente, physique et digital, et une excellente performance économique et financière du Groupe. Ces résultats nous permettent d’ajuster à la hausse nos perspectives 2020 et d’envisager avec une confiance renouvelée le déploiement de notre stratégie de croissance durable, dans le respect de nos engagements en matière de RSE et de jeu responsable. »

Faits marquants 2019

  • Croissance et développement de l’offre de jeux dans toutes les activités
    • Relancement réussi de Loto en fin d’année, avec une hausse des mises en point de vente supérieure à +10 % sur les deux mois suivant le relancement ;
    • Des cycles longs[4] exceptionnels en nombre et en montant de jackpots sur Loto et Euromillions ;
    • Plus de dix jeux instantanés en point de vente lancés ou relancés, avec notamment le succès du premier jeu phygital[5] « Quitte ou Double », et la famille « Mots croisés » qui devient le sixième jeu FDJ dont les mises sont supérieures à un milliard d’euros ;
    • Pour les paris sportifs, Parions Sport En Ligne enregistre une croissance très supérieure à celle de son marché, confirmant le succès du repositionnement de son offre. Les mises de Parions Sport Point de Vente continuent de progresser de plus de +10 % grâce, en particulier, à une nouvelle augmentation de la dématérialisation, qui représente désormais plus de 70 % des mises.
  • Objectif de 20 % de mises numérisées en 2020 quasiment atteint
    • Portées par le développement du jeu en ligne et la dématérialisation des mises en point de vente, les mises numérisées enregistrent de nouveau une très forte croissance, +39 %, et représentent près de 20 % des mises totales du Groupe.
  • Renforcement du réseau de distribution
    • Le réseau de détaillants est stabilisé à plus de 30 000 points de vente, grâce en particulier à la création de 1 100 points de vente, le niveau le plus élevé depuis 2010 ;
    • La mise en œuvre de l’accord signé avec les détaillants en 2018 a été poursuivie avec une nouvelle rémunération différenciée par jeux alignée sur les priorités du Groupe. Celle-ci représente près d’un tiers de l’augmentation de 80 millions d’euros de leur rémunération en 2019.
  • Investissements pour développer les activités adjacentes
    • FDJ a renforcé son offre B2B internationale avec, en particulier, l’acquisition de Sporting Group, leader mondial de la technologie et du trading pour les paris sportifs ;
    • Le Groupe a également développé son offre « Paiement et Services ». Il a remporté, avec la Confédération des buralistes, l’appel d’offres de la Direction générale des finances publiques (DGFIP) pour l’externalisation des encaissements des trésoreries publiques (encaissement des impôts, recouvrement des amendes, ainsi que des factures de services publics…), dont le déploiement débutera au 1er trimestre 2020. FDJ a, par ailleurs, signé un contrat en vue de l’acquisition de Bimedia[6], un éditeur de logiciels spécialiste des solutions d’encaissement et de paiement en point de vente.
  • Engagements RSE renforcés et évalués
    • Vigeo-Eiris, agence de notation extra-financière internationale, filiale de Moody's, a noté[7] A1+ le groupe FDJ, soit parmi les 5 % des entreprises mondiales les mieux notées ;
    • FDJ est la première entreprise du secteur des jeux d’argent en France à avoir soumis ses engagements RSE et son système de gouvernance à une notation indépendante, revue chaque année ;
    • Pour renforcer la sensibilisation du grand public sur l’interdiction du jeu d’argent pour les moins de 18 ans, FDJ s’est engagée à consacrer 10 % de son budget d’achat d’espace télévisé au jeu responsable et, en particulier, à la prévention du jeu des mineurs. Ainsi, deux campagnes télévisées ont été diffusées en 2019, dont une sur les outils de prévention du jeu excessif mis à disposition de ses joueurs par FDJ ;
    • FDJ a obtenu un score de 99/100 sur l’index « égalité femmes-hommes » instauré par la loi Avenir Professionnel en 2018 et a fait partie des premières entreprises signataires du « Manifeste pour l’inclusion des personnes handicapées dans la vie économique ».

*******************************************

Activité et résultats 2019

Comme indiqué dans la note d’opération du 6 novembre 2019, le Groupe a continué de bénéficier d’éléments avec un impact positif au 4ème trimestre, en particulier un nouveau cycle long exceptionnel en loterie et de nouveaux résultats sportifs inattendus, qui ont eu tendance à minorer le taux de retour au joueur (TRJ) des paris sportifs.

  • Mises en hausse de +9,0 %, à 17,2 milliards d’euros

Ainsi, la croissance des mises s’est accélérée à +12,0 % au 4ème trimestre, après une hausse de +9,0 % au 3ème trimestre et de +7,2 % au 1er semestre. Cette accélération est pour partie attribuable à Loto et Euromillions dont les mises, après avoir déjà cru de +10,0 % au 3ème trimestre, ont progressé de
+16,9 % au 4ème trimestre, portées par des cycles longs exceptionnels, générant 136 millions d’euros de mises additionnelles sur l’exercice, et par le relancement de Loto début novembre.

Globalement, les mises enregistrées en 2019 par FDJ s’élèvent à 17,2 milliards d’euros, en croissance de +9,0 % par rapport à 2018. Porté par tous les jeux, loterie et paris sportifs, grâce à une actualité importante et de nombreux évènements, c’est le taux de croissance annuelle le plus élevé depuis 2004. Hors cycles longs exceptionnels Loto et Euromillions, la croissance des mises du Groupe aurait été de 8,1 %.

Sur l’exercice, les gains des joueurs ressortent à 11,7 milliards d’euros, en hausse de +9,4 %, soit un TRJ en légère augmentation à 67,9 %.

Le groupe FDJ enregistre un produit brut des jeux (PBJ = mises – gains des joueurs) en hausse de +8,2 % à 5,5 milliards d’euros, et les prélèvements publics sur les jeux progressent de +7,2 % à 3,5 milliards d’euros. 

  • Chiffre d’affaires de 1 956 millions d’euros, en progression de +8,5 %

Le produit net des jeux (PNJ = PBJ – prélèvements publics sur les jeux) s’établit à 1 925 millions d’euros, soit un taux stable de 11,2 % des mises. Après prise en compte du produit des autres activités pour 31 millions d’euros, le chiffre d’affaires 2019 du groupe FDJ est de 1 956 millions d’euros, en progression de +8,5 %, contre 1 803 millions en 2018.

  • Par activité :

L’organisation du Groupe s’articule autour de trois segments opérationnels : deux « Business Units » (BU), la Loterie et les Paris Sportifs, et les « Acceleration business units » (ABU) qui regroupent trois activités en développement (International, Paiements et Services, et Divertissement), avec des fonctions support transverses (notamment client, distribution et systèmes d’information), et la holding qui regroupe principalement les coûts centraux. La marge contributive constitue un des principaux indicateurs de performance de ces segments. Elle se calcule par différence entre le chiffre d'affaires des segments et les coûts des ventes (dont la rémunération des détaillants), et les coûts de marketing et de communication (hors amortissements) qui leur sont attribués.

  • Loterie : chiffre d’affaires en hausse de +6,5 %

En 2019, la loterie a enregistré des mises de 13 684 millions d’euros, soit plus de 79 % des mises du Groupe, en hausse de +7,2 %, le meilleur taux de croissance sur les cinq dernières années. Cette performance a été portée par l’ensemble des jeux de tirage (+6,4 %, à 5 480 millions d’euros) et instantanés (+7,7 %, à 8 205 millions d’euros).

Les éléments particulièrement notables ont été :

  • Pour le tirage :
    • Des cycles longs exceptionnels en nombre et en montant de jackpots sur Loto et Euromillions, ayant généré 136 millions d’euros de mises et 18 millions d’euros de chiffre d’affaires additionnels par rapport à une année « normative » ;
    • Le relancement réussi de Loto en fin d’année, avec une hausse des mises en point de vente supérieure à 10 % sur les deux mois suivants le relancement.
  • Pour les jeux instantanés :
    • Une actualité commerciale soutenue, avec onze lancements et deux relancements de jeux en point de vente ;
    • La famille « Mots croisés » qui devient le sixième jeu FDJ dont les mises sont supérieures à un milliard d’euros (aux côtés de : Loto, Euromillions, Amigo et Cash pour la loterie et de Parions Sport Point de Vente) ;
    • Et le succès de « Quitte ou Double », le premier jeu phygital avec un taux de transformation de près de 50 % et 40% des joueurs qui s’inscrivent en ligne.
  • L’accélération de la croissance des mises numérisées (+30 %), qui représentent maintenant près de 6 % des mises de la loterie.

Les gains des joueurs progressent de +7,0 %, pour un taux de retour aux joueurs quasi-stable à 65,7 %, et le chiffre d’affaires progresse de +6,5 % à 1 578 millions d’euros. Les charges, hors amortissements, progressent de +8,0 % à 1 086 millions d’euros, en particulier sous l’impulsion de la rémunération des détaillants qui progresse de 10,6 % en tenant compte de la mise en place en début d’année d’une nouvelle rémunération des jeux. Au global, les coûts des ventes augmentent de +7,5 %, en ligne avec la progression des mises en point de vente. Les coûts de marketing et de communication sont en hausse de 15 millions d’euros à 147 millions d’euros. Ainsi, la marge contributive de la loterie ressort à 492 millions d’euros, soit une marge sur chiffre d’affaires de 31,2 %.

  • Paris sportifs : progression de +14,5 % du chiffre d’affaires

En 2019, l’activité de paris sportifs (Parions Sport Point de Vente et Parions Sport En Ligne) a poursuivi sa dynamique de forte croissance avec une progression de +16,1 % des mises à 3 538 millions d’euros, soit près de 21 % des mises enregistrées par FDJ. Le chiffre d’affaires s’établit à 341 millions d’euros, en progression de 14,5 %.

Les faits marquants ont été :

  • La forte croissance des mises enregistrée malgré une année moins riche en événements sportifs (avec notamment en 2018 : la Coupe du Monde de Football, l’Euro de Handball, les Jeux Olympiques de Pyeong Chang…). Cette croissance a été soutenue par l’attractivité renforcée des événements annuels (Champions’ League, Europa League, Ligue 1, Premier League, Roland Garros, Wimbledon, La Liga et l’US Open) ; et le succès d’événements tels que : la Coupe d’Afrique des Nations, la Coupe de Monde de Football Féminine ou la Coupe du Monde de Rugby au Japon ;
  • La croissance de Parions Sport En Ligne, bien plus élevée que celle du marché des paris sportifs en ligne, confirmant le succès du repositionnement de son offre ;
  • La nouvelle progression de plus de +10 % des mises de ParionsSport Point de Vente, en particulier grâce à une nouvelle augmentation de la dématérialisation ;
  • Et globalement, la croissance supérieure à +40 % des mises numérisées (mises dématérialisées en point de vente et mises en ligne), qui représentent désormais près de 75 % des paris sportifs.

Le TRJ progresse de +60 points de base à 76,1 %, grâce notamment à un effet mix avec la croissance plus rapide des paris en ligne. Le chiffre d’affaires progresse de +14,5 %, à 341 millions d’euros. Les charges, hors amortissements, ressortent à 304 millions, soit une croissance de +11,2 %, inférieure à celle du chiffre d’affaires, malgré l’augmentation de +15,5 % des coûts marketing et communication qui s’élèvent à 95 millions d’euros. La marge contributive des paris sportifs ressort à 36 millions d’euros, soit une marge sur chiffre d’affaires de 10,7 % en augmentation par rapport à celle de 8,0 % en 2018.

  • Activités adjacentes et holding

Les activités adjacentes (International, Paiements et Services, et Divertissement) enregistrent un chiffre d’affaires de 36 millions d’euros pour une marge contributive quasi stable, à l’équilibre. Les frais de holding sont stables à 182 millions d’euros.

  • Stabilité de la marge d’EBITDA à 17,7 %, reflet de la finalisation de la mise en place de la nouvelle structure de rémunération des détaillants

Les charges opérationnelles du Groupe progressent de +9,8 % à 1 704 millions d’euros. Elles incluent des coûts des ventes de 1 191 millions d’euros, en hausse de +8,2 %, dont la rémunération des détaillants qui représente 865 millions d’euros, en progression de 80 millions d’euros (+10 %), incluant 24 millions d’euros liés à la mise en place d’une nouvelle grille de rémunération au 1er janvier 2019. Les charges de marketing et de communication s’établissent à 330 millions d’euros, soit une forte augmentation (+19,3 %), liée en particulier au développement de l’offre sur toutes les activités du Groupe. Pour rappel, les charges de marketing et de communication comprennent également les coûts promotionnels, les coûts de conception et d’exploitation des jeux et des services. Les coûts administratifs et généraux s’élèvent à 173 millions d’euros, en légère baisse de -1,1 %.

Les dotations aux amortissements sont de 94 millions d’euros, contre 64 millions d’euros en 2018. Cette progression reflète les importants développements informatiques, l’aménagement du nouveau siège social et la première application d’IFRS 16 (contrats de location) pour un montant de 7,1 millions d’euros. Ces dotations intègrent également, à compter du 23 mai 2019, l’amortissement sur 25 ans des droits exclusifs accordés à FDJ pour 380 millions d’euros (soit 9,3 millions d‘euros en 2019).

Sur ces bases, le groupe FDJ a réalisé un résultat opérationnel courant stable de 252 millions d’euros et un EBITDA en hausse de 8,6 %, de 346,1 millions d’euros, soit une marge sur chiffre d’affaires stable de 17,7 %.

  • Résultat net de 133 millions d’euros après prise en compte d’éléments non-courants

En 2019, FDJ a enregistré des autres charges opérationnelles nettes à hauteur de 63,3 millions d’euros, par rapport à des autres produits opérationnels nets de 5,6 millions d’euros en 2018. Les autres charges opérationnelles sont principalement relatives à l’opération d’introduction en Bourse pour plus de 31 millions d’euros ; à l’acquisition de Sporting Group pour près de 15 millions d’euros ; et à la dépréciation de mobiliers en point de vente et de logiciels d’exploitation pour près de 7 millions d’euros.

Comme le Groupe l’avait indiqué dans sa note d’opération, le portefeuille de Sporting Group était en cours d’analyse. Celle-ci a conduit au recentrage de Sporting Group autour des activités les plus cohérentes avec la stratégie de FDJ. Il s’agit de l’offre de services B2B à destination des opérateurs de loterie et de paris sportifs et de l’offre B2C au Royaume-Uni, avec la cessation de l’activité de trading pour compte propre, et l’arrêt de l’exploitation des programmes informatiques algorithmique sous-jacents.

Le résultat financier est de 20,6 millions d’euros ; il représentait une charge de 1,5 million d’euros en 2018. L’augmentation des produits d’intérêts et des produits de cession sur les placements et la variation nette des charges et des produits financiers sur titres évalués à la juste valeur (+17 millions d’euros par rapport à 2018), sont principalement liées à l’évolution favorable des marchés en 2019.

Après prise en compte d’une charge d’impôt nette de 78,3 millions, en baisse de 7,3 millions d’euros, le résultat net du Groupe sur l’exercice ressort à 133 millions d’euros.

  • 80 millions d’euros d’excédent net de trésorerie - 297 millions d’euros de free cash-flow

En 2019, la variation d’excédent de fonds de roulement, retraité de la variation des fonds règlementaires (fonds de contrepartie à verser à l’Etat dans le cadre de la loi Pacte), ressort à 18 millions d’euros, avec un impact calendaire défavorable par rapport à 2018.

Les investissements du Groupe ont atteint 179 millions d’euros, comparé à 93 millions d’euros en 2018, dont 112 millions d’euros liés à l’acquisition de Sporting Group, et 67 millions d’euros d’investissements corporels et incorporels, principalement en informatique et en équipement des points de vente. Ainsi, le free cash-flow ressort à 297 millions d’euros, en progression par rapport à 252 millions d’euros en 2018. Sur la base d’un EBITDA de 346 millions d’euros, le taux de conversion de l’EBITDA en cash ressort ainsi à 86 %.

L’un des indicateurs représentatifs du niveau de trésorerie nette générée par le Groupe est l’excédent net de trésorerie. Il correspond aux placements et trésorerie nette diminués, en particulier, des fonds joueurs clos à compter du 1er janvier 2020 et restant à verser à l’Etat, et de la dette de 380 millions d’euros envers l’Etat au titre des droits exclusifs accordés sur 25 ans. Au 31 décembre 2019, l’excédent net de trésorerie ressort à 80 millions d’euros.

  • Nouveau cadre fiscal et réglementaire à partir du 1er janvier 2020

Sur une base comparable à celle de 2020, c’est-à-dire en appliquant le nouveau cadre fiscal et réglementaire au 1er janvier 2020 (notamment issu de la loi Pacte), hors impact des cycles longs exceptionnels Loto et Euromillions de 2019, et en prenant en compte l’acquisition de Sporting Group sur une année pleine, le chiffre d’affaires et l’EBITDA retraités 2019 du groupe FDJ s’élèveraient respectivement à 2 048 millions d’euros et 422 millions d’euros, comparé respectivement à 1 956 millions d’euros et 346 millions d’euros, soit une marge d’EBITDA retraité supérieure à 20 %.

  • Poursuite d’une dynamique positive en 2020 sur toutes les activités

En 2020, le groupe FDJ poursuivra sa stratégie d’enrichissement de son portefeuille de jeux et de services, associée à de nombreux évènements, tels que le relancement d’Euromillions début février ; le lancement de nouveaux jeux instantanés, dont un jeu à l’occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020 ; la troisième édition des jeux Mission Patrimoine et un deuxième jeu phygital ; et l’UEFA Euro 2020 pour les paris sportifs.

Pour l’exercice 2020, sur une base 2019 comparable[8], le Groupe ajuste à la hausse ses perspectives et en conséquence :

  • Vise une progression des mises supérieure à +5 % (versus entre +4 % et +5 %, en ciblant le haut de la fourchette) ;
  • Confirme une perspective de croissance du chiffre d’affaires de +5 %, avec une progression de l’ordre de +5 % pour la loterie et de +6 % pour les paris sportifs ;
  • Vise une marge d’EBITDA supérieure à 20 % ;
  • Confirme ses perspectives en matière d’investissements (environ 600 millions d’euros cumulés sur 2020-2025), de conversion de l’EBITDA en cash (plus de 80 %), et de distribution de dividendes (80 % du résultat net consolidé).
  • Une importante contribution économique et sociale du Groupe

Pour la quatrième année consécutive, le Bureau d’information et de prévision économique (Bipe) a évalué la contribution économique et sociale du groupe FDJ en France[9].

En 2019, la contribution de FDJ à la richesse nationale ressort à 5,7 milliards d’euros, +8,3 % par rapport à 2018, soit 0,2 % du Produit intérieur brut (PIB).

En termes d’emplois, le groupe FDJ a permis par son activité de créer ou pérenniser 53 700 emplois en France (+2,9 % par rapport à 2018).

La contribution du groupe FDJ est notable pour :

  • L’Etat, avec plus de 3,9 milliards d’euros de contribution globale au budget de l’Etat, dont
    3,8 milliards
    [10] d’euros de contribution aux finances publique et 0,1 milliard de dividendes ;
  • Le commerce de proximité, avec 865 millions d’euros versés à ses détaillants. FDJ a ainsi permis la création ou la pérennisation de 21 900 emplois dans ce réseau en 2019. Avec un point de vente accessible en moins de dix minutes, à pied en zone urbaine ou en voiture en zone rurale, FDJ dispose d’environ 30 000 points de vente dans plus de 11 000 communes, soit le premier réseau de proximité en France ;
  • Le sport français, tant professionnel qu’amateur, via l’action de l’Agence nationale du sport (ANS) et les partenariats sportifs noués par FDJ, dont celui annoncé en décembre 2019 en tant que partenaire officiel des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 ;
  • Le patrimoine français en péril. Grâce aux jeux de loterie Mission Patrimoine, plus de 21 millions d’euros ont déjà été versés[11] à la Fondation du Patrimoine au titre de l’édition 2019, après un tirage de Super Loto en juillet et la vente de jeux à gratter depuis début septembre ;
  • L’action sociale et la contribution mémorielle de ses actionnaires fondateurs du monde combattants : l’Union des blessés de la face et de la tête (UBFT) et La Fédération nationale André Maginot, grâce aux 16,4 millions d’euros de dividendes reçus en 2019, qui contribuent à plus de 90 % de leur budget ;
  • La Fondation d’entrepriseFDJ qui s’engage pour favoriser l’égalité des chances en soutenant près de cent associations réparties sur tout le territoire, avec un budget de 18 millions d’euros sur cinq ans (2017-2021).
  • Dividende

Le Conseil d’administration de FDJ, réuni le mercredi 12 février, a arrêté les comptes 2019 du Groupe. Il proposera à l’assemblée générale du 22 avril 2020 un dividende de 0,64 euro par action, dont la mise en paiement interviendra le 6 mai 2020.

Les procédures d'audit sur les comptes consolidés ont été effectuées. Le rapport de certification sera émis après finalisation des vérifications spécifiques prévues par la loi.

Prochaine publication financière

Le groupe FDJ publiera ses mises et son chiffre d’affaires du 1er trimestre 2020 le mardi 21 avril après clôture du marché.

A propos du groupe FDJ

Loterie nationale et leader français des jeux d’argent, 2ème loterie en Europe et 4ème au monde, FDJ propose en point de vente et en ligne une offre grand public, ludique, responsable et sécurisée de jeux de loterie (tirage et jeux instantanés) et de paris sportifs (Parions Sport).

Les performances de FDJ sont portées par un portefeuille de marques iconiques et nouvelles, le 1er réseau de vente de proximité en France, un marché en croissance, des investissements récurrents et une stratégie d’innovation pour renforcer l’attractivité de son offre et de sa distribution, avec une expérience de jeu enrichie.

Le groupe FDJ est coté sur le marché réglementé d’Euronext à Paris (Compartiment A - FDJ.PA).

www.groupefdj.com

      

Déclarations prospectives

Le présent communiqué de presse contient des indications sur les objectifs du groupe FDJ ainsi que des déclarations prospectives. Ces informations ne sont pas des données historiques et ne doivent pas être interprétées comme des garanties que les faits et données énoncés se produiront. Ces informations sont fondées sur des données, des hypothèses et des estimations considérées comme raisonnables par le Groupe. FDJ opère dans un environnement concurrentiel et en évolution rapide. Le Groupe n’est donc pas en mesure d’anticiper tous les risques, incertitudes ou autres facteurs susceptibles d’affecter son activité, leur impact potentiel sur son activité ou encore dans quelle mesure la matérialisation d’un risque ou d’une combinaison de risques pourrait avoir des résultats significativement différents de ceux mentionnés dans toute information prospective. Ces informations sont données uniquement à la date du présent communiqué de presse. Le Groupe ne prend aucun engagement de publier des mises à jour de ces informations ni des hypothèses sur lesquelles elles sont basées, à l’exception de toute obligation légale ou réglementaire qui lui serait applicable. Dans le cadre de l’établissement de la note d’opération et dans le contexte de l’admission des actions aux négociations sur le marché réglementé d’Euronext à Paris, FDJ communiquera au marché toute mise à jour des informations présentées susceptible d’avoir une influence significative sur ses activités, ses résultats, sa situation financière ou ses perspectives, conformément à la réglementation applicable, et respectera les obligations d’information permanente applicables à toute société dont les actions sont admises aux négociations sur le marché réglementé d’Euronext à Paris.

Annexes

Répartition des mises *

En millions d’euros

2019

2018

Var.

Total FDJ

17 239,5

15 817,0

+9,0 %

Dont Loterie

13 684,4

12,769,7

+7,2%

Jeux de tirage

5 479,8

5 149,7

+6,4%

Jeux instantanés

8 204,6

7 620,0

+7,7 %

Dont Paris sportifs

3 537,8

3 047,3

+16,1%

Dont mises numérisées **

3 371,2

2 430,0

+38,7 %

Dont mises dans le réseau physique

16 137,1

15 020,0

+7,4 %

* Les mises sont les enjeux des joueurs et ne constituent pas le chiffre d’affaires du groupe FDJ                              

** Les mises numérisées regroupent les mises en ligne et les mises dématérialisées en point de vente c’est-à-dire utilisant un service digital / une application pour leur préparation, avant enregistrement par le détaillant

Compte de résultat consolidé

En millions d’euros

2019

2018

Var.

Résultat opérationnel courant

252,0

255,2 ****

-1,3 %

Dotations aux amortissements

94,1

63,6

48,0 %

EBITDA ***

346,1

318,8 ****

+8,6 %

*** EBITDA : résultat opérationnel courant retraité des dotations aux amortissements

**** Retraité des frais d’introduction en Bourse comptabilisés en résultat opérationnel courant en 2018

Répartition trimestrielle des mises 2019

En millions d’euros

Fin mars

Fin juin

Fin septembre

2019

Total FDJ

4 322,4

8422,0

12547,8

17 239,5

Dont Loterie

3 386,2

6 609,5

9 980,3

13 684,4

Jeux instantanés

2 052,7

4 011,6

6 015,3

8 204,6

Jeux de tirage

1 333,6

2 598,0

3 965,0

5 479,8

Dont Paris sportifs

936,2

1 810,4

2 559,5

3 537,8

Dont mises numérisées

833,3

1 650,6

2 407,2

3 371,2

Dont mises dans le réseau physique

4066,6

7 916,7

11 765,8

16 137,1

Compte de résultat consolidé

EBITDA

Résultat global

 

Etat de la situation financière consolidée

Tableau des flux de trésorerie consolidés

 

(a) Les placements non courants, correspondent aux actifs financiers non courants

(b) Les placements courants correspondent aux actifs financiers courants, hors dépôts et cautionnements

(c) Les dettes financières à plus d'un an correspondent aux passifs financiers non courants

(d) Les dettes financières à moins d'un an correspondent aux passifs financiers courants

Tableau de variations des capitaux propres consolidés

 

(1) En 2018, les autres éléments du résultat global liés à la juste valeur des actifs financiers disponibles à la vente, nets d’impôt, ont été reclassés des « autres réserves » dans les « réserves et report à nouveau », suite à la première application d’IFRS 9 au 1er janvier 2018.

(2) Le montant de 2.6 M€ inclut la contrepartie de la charge IFRS 2 au titre de l'Offre Réservée aux Salariés pour 5,5 M€, la perte sur transactions sur actions propres pour 9,1 M€ et l'effet d'impôt associé pour 1,2 M€.

Excédent net de trésorerie

 

(a) Les placements non courants, correspondent aux actifs financiers non courants

(b) Les placements courants correspondent aux actifs financiers courants, hors dépôts et cautionnements

(c) Les dettes financières à plus d'un an correspondent aux passifs financiers non courants

(d) Les dettes financières à moins d'un an correspondent aux passifs financiers courants

Informations sectorielles

EBITDA retraité 2019

Free cash-flow

 

*Variation de BFR retraitée des fonds réglementaires à reverser à l’Etat en 2018 et 2019


[1] Les mises numérisées regroupent les mises en ligne et les mises dématérialisées en point de vente, c’est-à-dire utilisant un service digital / une application pour leur préparation, avant enregistrement par le détaillant.

[2] Sur une base 2018 hors frais d’introduction en Bourse, soit 319 millions d’euros.

[3] Avec l’application en année pleine de la nouvelle fiscalité applicable à partir du 1er janvier 2020, en intégrant Sporting Group sur 12 mois, et hors impact des cycles longs loterie exceptionnels, conduisant à un chiffre d’affaires et un EBITDA retraités 2019 de, respectivement, 2 048 millions d’euros et 422 millions d’euros.

[4] Jackpots non remportés se cumulant – à partir de 8 millions d’euros pour Loto et de 75 millions d’euros pour Euromillions, offrant ainsi des jackpots de plus en plus élevés.

[5] Jeu à gratter physique, vendu en points de vente, qui permet de tenter de multiplier ses gains grâce à une seconde étape digitale.

[6] La finalisation de cette opération est soumise à des conditions suspensives usuelles pour ce type d’opération, notamment à l’approbation de l’Autorité de la concurrence.

[7] Note de Vigeo-Eiris : "Nous avons évalué La Française des Jeux à sa demande en conformité avec notre méthodologie de notation non sollicitée. Comme La Française des Jeux ne fait pas partie de notre univers d'émetteurs côtés, cette évaluation n'aboutit pas à un classement par rapport aux autres sociétés cotées. Par conséquent, toutes les comparaisons sectorielles mentionnées ici ne servent qu'à un objectif indicatif et ne devraient pas être invoquées à des fins de déclaration juridique ou d'évaluation juridique."

[8] Sur une base 2019 retraitée, avec l’application en année pleine de la nouvelle fiscalité en vigueur à partir du 1er janvier 2020, l’intégration de Sporting Group sur 12 mois et hors impact des cycles longs loterie exceptionnels.

[9] La méthodologie de l’étude Bipe intègre les standards internationaux d’évaluation des impacts économiques utilisés par les grandes instances (Onu, Commission Européenne…). Elle évalue les effets directs, indirects, induits et catalytiques pour calculer la contribution de FDJ à la richesse (PIB) et à l’emploi en France.

[10] 3,5 milliards d’euros de taxes sur les jeux de hasard + 0, 3 milliard d’euros d'excédent du fonds permanent (0,005 % des mises).

[11] Versés par l’Etat à la Fondation du Patrimoine.

Contacter le service de presse FDJ

Téléphone

Reservé à la presse

01 41 10 33 82

 

Pour toute question de joueur, contacter le service clients : 
0 969 36 60 60 (appel non surtaxé)

E-mail

Demandes non-urgentes : 

servicedepresse@lfdj.com

 

Suivez le groupe FDJ

Suivre FDJ sur Facebook
Suivre FDJ sur Twitter
Suivre FDJ sur Instagram
Accéder à la chaîne YouTube de FDJ
Suivre FDJ sur LinkedIn