En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt.

En savoir + / Paramétrer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt.
Partager

23 novembre 2018

« Quand Dieu boxait en amateur » de Guy Boley se voit attribuer le titre de meilleur livre de sport 2018

#Corporate

Fichier PDF / 0.170 Mo

A l’occasion de la 23ème édition du Prix Sport Scriptum, FDJ en partenariat avec l’Union des Journalistes de Sport en France (UJSF) vient de décerner le prix Sport Scriptum du meilleur ouvrage littéraire de sport 2018.

Guy Boley en est le lauréat 2018 pour son livre « Quand Dieu boxait en amateur » paru aux éditions Grasset.

Le jury a salué l’approche émotionnelle du roman de Guy Boley

Dans une France rurale, deux enfants passionnés de littérature nouent une amitié solide. L’un orphelin de père devient champion de boxe. L’autre devient abbé de paroisse. Ainsi se lient deux destins dont le narrateur, fils du boxeur atypique, va relater ces vies pour... un uppercut littéraire.

Le président du 23e jury Sport Scriptum, Geoffroy Deffrennes, correspondant Le Point, salue un ouvrage « dont l’histoire conduit à l’intime, à la relation entre un père et son fils. C’est l’émotion qui prime. L’écriture est magistrale et simple dans le même temps. Une écriture qui n’est pas un exercice de style et laisse poindre naturel et sincérité. Ce Prix met en avant un autodidacte, qui a choisi le thème usité de la boxe, c’est courageux. Il s’agit d’un auteur qui s’impose à ses pairs et qui était en pré-sélection du Goncourt.»

Le jury a dans son ensemble souligné l’approche émotionnelle du roman et « visiblement plusieurs membres du jury ont pensé à leur propre père » continue Geoffroy Deffrennes. « L’aspect théâtral de l’ouvrage est aussi savoureux » souligne Christophe Pacaud, journaliste RTL. Claire Vocquier-Ficot, journaliste France Télévisions, retient « la justesse des sentiments. » Pour Jean-Marc Michel, président de l’UJSF, « il y a de l’émotion à chaque chapitre. »

Face à lui, « Rouler plus vite que la mort » de Philippe Brunel a aussi retenu l’attention du jury. Pour Jean-Philippe Leclaire, directeur adjoint de la rédaction L’Equipe, il s’agit « d’une véritable enquête littéraire. » « Et même si elle ne va pas au bout du chemin, à l’arrivée cette enquête conquiert tout de même le maillot jaune ».

Le jury Sport Scriptum 2018

Pour cette édition, le jury était présidé par Geoffroy Deffrennes (correspondant Le Point) et composé de : Jean-Marc Michel (Président UJSF), Philippe Di Marzio (UNDP), Frédérique Quentin (FDJ), Christophe Pacaud (RTL), Pierre-Marie Descamps (éditorial Infosport+ chez Canal+), Jean-Philippe Leclaire (L’Equipe), Claire Vocquier-Ficot (France TV) et Pierre-Louis Castelli (Radio France).

Pour la troisième année consécutive, l’ESJ Lille était représentée dans le jury par un étudiant de la filière journaliste de sport, en la personne d’Adrien Corée.

Le Prix Sport Scriptum

Créé en 1996, le Prix Sport Scriptum récompense le meilleur ouvrage littéraire consacré au sport sur l’année écoulée. Ce Prix souhaite souligner la dimension culturelle, sociale et sociétale du sport et est ouvert à toutes les catégories littéraires (roman, essai, bande dessinée...).

Le lauréat du Prix Sport Scriptum 2018 recevra une dotation de 5000 euros attribuée par FDJ à l’occasion de la cérémonie des trophées « Micros d’or » de la presse de sport organisée le 19 décembre prochain à Morzine par l’UJSF.

23 ans du Prix Sport Scriptum

Pour rappel, ont été récompensés, respectivement, de 1996 à aujourd’hui : « T’as compris le coup » de Philippe Verdet et Michel Iturria, « Possibles rêves » de Catherine Chabaud, « Platini, le roman d’un joueur » de  Jean-Philippe Leclaire, « Petits bruits de couloir » de Philippe Guillard, « Les Jeux défigurés – Berlin 1936 » de  Jean-Michel Blaizeau, « Besoin de vélo » de Paul Fournel, « Tabarly : L’homme de granit » de Benoît Heimermann, « Les scandales du sport contaminé : enquête sur les coulisses du dopage » d’Eric Maitrot, « Le Tibétain » de Jean-Léo Gros , « Le Diable rouge » de Françoise Vincent, « Libre arbitre » de Dominique Paganelli, « La tranchée d’Arenberg et autres voluptés sportives » de Philippe Delerm, « Les boxeurs finissent mal… en général » de Lionel Froissart, « Match aller » de Julien Capron, « La mort m’attendra » de Claire Raynaud, « Saga Noah » d’Alain Mercier, « J’ai traversé la Manche à la nage » de Philippe Croizon, « Cantona, le rebelle qui voulut être roi » de Philippe Auclair, « George Best, le cinquième Beatles » de Vincent Duluc, « La surface de réparation » de Alain Gillot, « Printemps 76 » de Vincent Duluc et « Le garçon qui courait » de François-Guillaume Lorrain.

Contacter le service de presse FDJ

Téléphone

Reservé à la presse

01 41 10 33 82

 

Pour toute question de joueur, contacter le service clients : 
0 969 36 60 60 (appel non surtaxé)

E-mail

Demandes non-urgentes : 

servicedepresse@lfdj.com

 

Suivez le groupe FDJ

Suivre FDJ sur Facebook
Suivre FDJ sur Twitter
Suivre FDJ sur Instagram
Accéder à la chaîne YouTube de FDJ
Suivre FDJ sur LinkedIn