En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres et services adaptés à vos centres d'intérêt.

En savoir + / Paramétrer

Fermer la barre d'avertissement
Partager

7 octobre 2019

Croissance toujours soutenue au 3ème trimestre 2019 : Bonnes perspectives 2020 Poursuite de la dynamique de croissance rentable à l’horizon 2025

#Corporate

Fichier PDF / 0.202 Mo
  • Une progression de +8 % des mises et de +7 % du chiffre d‘affaires à fin septembre 2019

    • Prévisions 2019 : mises en hausse de plus de +7 %, à environ 16,9 milliards d’euros, chiffre d’affaires d’environ 1,9 milliard d’euros, et EBITDA d’environ 325 millions d’euros

  • De bonnes perspectives 2020[1]

    • Une croissance du chiffre d’affaires d’environ 5 % sur l’année

    • Une marge d’EBITDA en ligne avec la marge 2019

  • Une poursuite de la dynamique de croissance rentable à l’horizon 2025

    • Une croissance interne annuelle moyenne 2020-2025 des mises et du chiffre d’affaires en haut de la fourchette +3 % / + 4 %

    • Une marge d’EBITDA 2025 supérieure à 20 %.

Pour Stéphane Pallez, Présidente directrice générale du groupe FDJ : « Le 3ème trimestre confirme la bonne dynamique enregistrée par FDJ depuis le début d’année. La croissance continue du chiffre d’affaires et des mises sur tous nos segments d’activités confirme les perspectives favorables, et que le Groupe est en bonne voie pour atteindre ses objectifs 2019. Le nouveau cadre réglementaire stable, qui confie à FDJ l’exclusivité des jeux de loterie, et des paris sportifs en points de vente, pour vingt-cinq ans, et la solidité de notre modèle économique nous rendent confiants quant à la poursuite de cette dynamique en 2020 et à l’horizon 2025. »

Croissance toujours soutenue au 3ème trimestre 2019, en ligne avec les objectifs annuels

A fin septembre 2019, les mises enregistrées par FDJ ressortent à 12,54 milliards d’euros, en croissance de +8 % par rapport aux neuf premiers mois de l’exercice 2018. La bonne performance enregistrée sur le 1er semestre (+7 %) a été poursuivie au 3ème trimestre (+9 %, à 4,12 milliards d’euros).

Sur les neuf premiers mois de 2019, les gains des joueurs ressortent à 8,52 milliards d’euros, en hausse de +8 %, soit un taux de retour aux joueurs (TRJ) de 68 % vs. 67,8 % sur la même période de 2018 et 68,4 % au 1er semestre 2019. La hausse du TRJ s’explique par l’évolution du mix produits, liée à la très bonne performance des paris sportifs et à la croissance des jeux instantanés.

Sur ces bases, FDJ enregistre un produit brut des jeux (PBJ = mises – gains des joueurs) en hausse de +7 %, à 4,02 milliards d’euros. La contribution de FDJ aux finances publiques progresse de +7 %, à 2,62 milliards d’euros.

Le produit net des jeux (PNJ = PBJ – contribution aux finances publiques) s’établit à 1,40 milliard d’euros, soit un taux de 11,2 % des mises, stable vs. fin juin 2019 et fin septembre 2018.

Après prise en compte des autres produits pour 25 millions d’euros, le chiffre d’affaires à fin septembre du groupe FDJ ressort à 1,42 milliard d’euros, en hausse de +7 % par rapport à la même période de 2018. (cf. détails en Annexes 1 et 2)

  • Hausse de +8 % des mises à fin septembre 2019 et de +9 % au 3ème trimestre
  • +10 % sur les mises Loto et Euromillions au 3ème trimestre 2019, grâce aux jackpots exceptionnels

A fin septembre 2019, les mises sur les jeux de loterie ressortent à 9,98 milliards d’euros, enregistrant une croissance de +6 %, en légère accélération par rapport à fin juin, grâce notamment à la performance exceptionnelle des jeux de tirage, dont Loto et Euromillions (+2 % en cumul à fin septembre 2019 et +10 % sur le seul 3ème trimestre pour ces deux jeux).

Globalement, à fin septembre 2019, la croissance est tirée par :

  • Les jeux de tirage, +5 % à 3,97 milliards d’euros, qui bénéficient de nombreux cycles longs[2], seize au total à fin septembre 2019 vs. treize sur la même période de 2018. Ainsi, à fin septembre 2019, Loto a bénéficié de neuf cycles longs, le plus récent ayant récemment été remporté pour un montant de 20 millions d’euros, et Euromillions de sept cycles longs dont un « record », initié fin juillet et toujours en cours fin septembre, ayant atteint le montant maximum plafonné de 190 millions d‘euros. Sur le seul 3ème trimestre, ces deux jeux ont représenté 20 % des mises du Groupe.
  • Les jeux instantanés, +8 % à 6,02 milliards d’euros, avec une actualité riche en nouveautés (une dizaine de lancements / relancements depuis le début de l’année). La progression des mises est surtout attribuable aux nouveaux jeux, principalement éphémères, et se concentre sur la catégorie des jeux à 5-15 € (+ 10 % à fin septembre) ;
  • L’activité en ligne confirme sa très bonne dynamique de croissance (+27 %), portée par le développement de l’offre et de l’usage du mobile.
  • Croissance des paris sportifs : +14 %

A fin septembre 2019, les mises de paris sportifs progressent de 14 %, à 2,56 milliards d’euros, avec trois sports qui tirent la progression des mises : le tennis, le football et le basket.

Dans un marché toujours très dynamique malgré des événements moins porteurs qu’en 2018, les deux activités, Parions Sport Point de Vente et Parions Sport En Ligne, continuent d’enregistrer de bonnes performances, notamment grâce à l’enrichissement de l’offre et à une politique de cotation attractive.

  • Forte augmentation des mises numérisées : +38 %

Les mises numérisées continuent d’enregistrer une très forte croissance, +38 %, pour s’établir à 2,41 milliards d’euros à fin septembre 2019, soit près de 20 % des mises du Groupe. Elles sont portées par le développement du jeu en ligne et la dématérialisation des mises en points de vente, en particulier pour les paris sportifs.

Les mises enregistrées au sein du réseau de points de vente s’élèvent à 11,77 milliards d’euros, en croissance de +6 % par rapport à la même période de 2018, avec un parc stabilisé au-dessus de 30 000 points de vente.

Prévisions 2019 et 2020[3]

  • Mises en croissance de plus de +7 % en 2019

Sur ces bases, pour l’ensemble de l’exercice 2019, FDJ prévoit d’enregistrer des mises d’environ 16,9 milliards d’euros, une hausse de plus de +7 % par rapport à 2018, portée par les paris sportifs et la loterie.

Le Groupe prévoit d’atteindre un chiffre d’affaires d’environ 1,9 milliard d’euros. Pour un chiffre d’affaires retraité[4] de 2 milliards d’euros :

  • La loterie devrait représenter un chiffre d’affaires supérieur à 1,55 milliard d’euros ;
  • les paris sportifs devraient générer un chiffre d’affaires d’environ 370 millions d’euros ;
  • Le chiffre d’affaires des autres activités devrait s’élever à environ 50 millions d’euros en comptant le chiffre d’affaires de Sporting Group en année pleine.

L’EBITDA[5] du Groupe, hors charges liées à la privatisation et à l’introduction en Bourse, devrait s’élever à environ 325 millions d’euros, vs. 319 millions d’euros en 2018, en progression malgré l’impact de l’augmentation de la rémunération des détaillants intervenue en début d’exercice.

Pour 2020, le Groupe vise une progression des mises dans le haut d’une fourchette +4 % / +5 %, bénéficiant notamment de l’événement UEFA Euro 2020 sur les paris sportifs, et une croissance du chiffre d’affaires d’environ +5 % en base comparable3, avec une hausse d’environ +5 % pour la loterie et d’environ +6 % pour les paris sportifs. La marge d’EBITDA devrait être en ligne avec la marge d’EBITDA 2019 retraitée3 (19 %).

Perspectives : poursuite de la dynamique de croissance rentable à l’horizon 2025

FDJ a construit son plan stratégique 2025 sur la base de la confirmation pour 25 ans de ses droits exclusifs sur la loterie et sur les paris sportifs en points de vente, et du nouveau cadre fiscal et réglementaire. Ce plan poursuit la dynamique initiée par le plan stratégique 2020, notamment au niveau de la digitalisation et du développement international.

Sur la période 2020-2025, FDJ vise une croissance interne annuelle moyenne des mises et du chiffre d’affaires entre +3 % et +4 %, avec l’objectif d’être dans le haut de cette fourchette. En termes de chiffre d’affaires, les paris sportifs devraient progresser plus vite que la loterie, et les autres activités, en particulier le B2B à l’international et les paiements et services en points de vente, devraient contribuer à soutenir la croissance.

A l’horizon 2025, le groupe FDJ vise une marge d’EBITDA, hors croissance externe, supérieure à 20 %.

Sur la période 2020-2025, FDJ prévoit des investissements cumulés, hors croissance externe, d’environ 600 millions d’euros, qui augmentent chaque année en corrélation avec le chiffre d’affaires, dédiés notamment, comme depuis 5 ans, à la transformation de ses systèmes d’information. Le ratio de conversion de l’EBITDA en trésorerie devrait se maintenir à environ 80 % chaque année, en ligne avec ce qui a été réalisé dans le passé. Enfin, FDJ a pour objectif, sous réserve de l’approbation par l’assemblée générale annuelle des actionnaires, de distribuer des dividendes représentant 80 % du résultat du Groupe. En 2020, le dividende versé au titre de l’exercice 2019 devrait être du même ordre que celui versé pour l’exercice 2018.

A propos du groupe La Française des Jeux (FDJ) 

FDJ est l’opérateur historique et unique de la loterie en France, 2ème loterie en Europe et 4ème loterie mondiale. Elle est également l’acteur de référence sur les paris sportifs en France. FDJ propose en points de vente et en ligne une offre grand public, ludique et responsable d’environ 85 jeux : jeux de loterie – jeux de tirage (Loto, Euromillions …) et jeux instantanés (Millionnaire, Cash, jeux Mission Patrimoine, Astro, Vegas, …) - et paris sportifs (Parions Sport).

Les performances de FDJ sont portées par un portefeuille de marques emblématiques le 1er réseau de vente de proximité en France, un marché en croissance, des investissements et une stratégie d’innovation pour une attractivité renforcée de son offre et de son réseau de distribution.

En 2018, avec 25 millions de joueurs, plus de 30 000 points de vente et 2 200 collaborateurs, FDJ a collecté 15,8 milliards d’euros de mises, dont 15 % numérisées, distribué 10,7 milliards d’euros à ses joueurs, contribué pour 3,5 milliards d’euros aux finances publiques et rémunéré son réseau de détaillants à hauteur de 800 millions d’euros.

Annexes

  1. Répartition des mises*

En milliards d’euros

Mises 9M 2019

Mises 9M 2018

Var.

Total FDJ

12,54

11,64

+8 %

Loterie

9,98

9,39

+6 %

Jeux instantanés**

6,02

5,59

+8 %

Jeux de tirage

3,97

3,79

+5 %

Paris Sportifs

2,56

2,25

+14 %

 

Mises numérisées***

2,41

1,74

+38 %

Mises dans le réseau physique

11,77

11,07

+6 %

Données non auditées

* Les mises sont les enjeux des joueurs et ne constituent pas le chiffre d’affaires du groupe FDJ                                                            

** Principalement jeux de grattage (en points de vente et en ligne)

*** Les mises numérisées regroupent les mises en ligne et les mises dématérialisées en points de vente c’est-à-dire utilisant un service digital / une application pour leur préparation, avant enregistrement par le détaillant

  1. Passage des mises au chiffre d’affaires

En milliards d’euros

9M 2019

9M 2018

Var.

Mises

12,54

11,64

+8 %

Gains des joueurs

8,52

7,89

+8 %

Taux de retour aux joueurs

68,0 %

67,8 %

 

Produit brut des jeux *

4,02

3,74

+7 %

PBJ en % des mises

32,0 %

32,2 %

 

Produit net des jeux **

1,40

1,31

+7 %

PNJ en % des mises

11,1 %

11,2 %

 

Chiffre d’affaires ***

1,42

1,33

+7 %

 

Données non auditées

* Produit brut des jeux : mises diminuées des gains des joueurs

** Produit net des jeux : produit brut des jeux diminué de la contribution aux finances publiques

*** Chiffre d’affaires : produit net des jeux et produit des autres activités

  1. Informations sectorielles –Marge contributive par BU

Depuis le 1er janvier 2019, le Groupe a adopté une nouvelle organisation qui s’articule principalement autour de deux Business Units : la loterie et les paris sportifs. Pour chacune d’elle, la marge contributive, le chiffre d’affaires, les coûts de ventes et les coûts marketing et communication (hors amortissements), sont présentés.

En millions d'euros

2018

 

BU loterie

BU paris sportifs

Autres + Holding

Total avant amort.

Amort.

Total Groupe

Mises

12 770

3 047

 

15 817

 

15 817

Produit Brut des Jeux (PBJ)

4 372

748

 

5 120

 

5 120

Produit Net des Jeux (PNJ)

1 477

297

 

1 774

 

1 774

Chiffre d'affaires

1 482

297

23

1 803

 

1 803

Coût des ventes*

(874)

(192)

(2)

(1 067)

(33)

(1 100)

Coûts marketing et communication**

(132)

(82)

(48)

(262)

(15)

(277)

Marge contributive

476

24

(27)

474

(49)

425

Coûts administratifs et généraux

   

(159)

(159)

(15)

(174)

EBITDA***

 

   

315****

   

Dotations aux amortissements

       

(64)

 

Résultat opérationnel courant

 

       

251

 * Les coûts des ventes correspondent aux coûts associés à la distribution et à la vente des jeux ainsi que toutes les fonctions de back office associées. Ils regroupent essentiellement et par ordre d’importance : les commissions liées au réseau de distribution des jeux en points de vente, les coûts des équipements en points de vente et les coûts de pilotage et d’animation commerciale.

** Les coûts marketing et communication correspondent, par ordre d’importance : aux coûts de développement et d’exploitation informatique des jeux et des services, aux dépenses de publicité, aux frais de personnel et de fonctionnement des équipes marketing, publicité et fonction clients et aux dépenses de conception et d’animation des offres et des services.

*** Résultat opérationnel courant retraité des dotations aux amortissements.

**** 319 millions d’euros hors charges liées à la privatisation et à l’introduction en Bourse.


[1] Sur une base 2019 retraitée avec : (i) la prise en compte en année pleine de Sporting Group, acquis fin mai 2019, et (ii) l’application en année pleine de la nouvelle fiscalité applicable à partir du 1er janvier 2020.

[2] Jackpots non remportés se cumulant – à partir de 8 millions d’euros pour Loto et de 75 millions d’euros pour Euromillions, offrant ainsi des jackpots de plus en plus élevés.

[3] Sous réserve de la confirmation par l’administration fiscale de l’interprétation faite par FDJ de la nouvelle fiscalité.

[4] Les retraitements sont :

  • La prise en compte en année pleine de Sporting Group, acquis en mai 2019, représentant un effet positif de l’ordre de 15 millions d’euros sur le chiffre d’affaires ;
  • L’application en année pleine de la nouvelle fiscalité basée sur le produit brut des jeux – PBJ applicable à partir du 1er janvier 2020. Son effet est positif, de l’ordre de 50 millions d’euros sur le chiffre d’affaires, et correspond à la suppression des dotations aux fonds de contrepartie nécessitant la mise en place par FDJ d’une assurance pour couvrir ces risques et à la modification du traitement comptable des promotions liée à la suppression des fonds joueurs.

En 2018, l’effet en année pleine sur le chiffre d’affaires de la nouvelle fiscalité aurait également été positif, de l’ordre de 50 millions d’euros.

[5] Résultat opérationnel courant retraité des dotations aux amortissements.

Contacter notre service de presse

Téléphone

Reservé à la presse

01 41 10 33 82

 

Pour toute question de joueur, contacter le service clients : 
0 969 36 60 60 (appel non surtaxé)

E-mail

Demandes non-urgentes : 

servicedepresse@lfdj.com

 

Suivez-nous ici

Suivre FDJ sur Facebook
Suivre FDJ sur Twitter
Suivre FDJ sur Instagram
Accéder à la chaîne YouTube de FDJ
Suivre FDJ sur LinkedIn